Herpès : les traitements

herpès

herpès

Votre lèvre vous démange un moment puis vous constatez l’apparition d’un petit bouton rouge formé de vésicules. Aïe ! Il est très probable que vous soyez atteint d’une crise aiguë d’herpès.

L’herpès est une infection virale dont il existe deux types. Le virus de type 1 se limite généralement à la bouche et aux lèvres et le virus de type 2 touche particulièrement la région génitale. Cependant, les deux types de virus de l’herpès peuvent survenir à tous les endroits du corps.

Dans son communiqué du 28 octobre dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) révèle que le virus Herpes simplex de type 1 (HSV-1), à l’origine des boutons de fièvre touche 67% des moins de 50 ans, soit 3,7 milliards de personnes dans le monde !

Pas si surprenant pour ce virus qui tire profit de sa grande discrétion et de son pouvoir hautement contagieux.

Une fois que l’on est infecté par le HSV-1, le virus se tapit dans les ganglions nerveux situés à la base du crâne et il y réside toute la vie, mais sans causer de symptômes permanents, heureusement.

De temps à autre, pour diverses raisons (fatigue, règles, fièvre, exposition au soleil, etc.), le virus se réactive et fait apparaitre un bouton d’herpès situé toujours dans la même région. La fréquence de ces poussées est très variable d’une personne à l’autre. Certaines personnes n’auront pas de récidives mais d’autres en auront quelques-unes, voire même plusieurs par année.

Le virus de l’herpès est très contagieux

En cas de bouton de fièvre ou lorsque des picotements laissent augurer une crise imminente, mieux vaut par exemple s’abstenir de toute embrassade puisque les lésions sont les portes ouvertes à la contamination (sur la bouche mais aussi partout ailleurs). Attention également aux boutons qui peuvent être cachés sous une barbe.

La salive est l’un des principaux vecteurs de contamination. Déposée sur le goulot d’une bouteille par une personne porteuse d’un bouton de fièvre et appliquée sur une autre bouche dans les secondes qui suivent, une salive chargée en virus peut transmettre l’infection.

L’herpès oculaire se manifeste sous la forme d’une inflammation autour des yeux. Comme les autres catégories de l’herpès, il est très contagieux. Il existe maintenant un risque assez nouveau dont on doit tenir compte, c’est celui de passer un casque de réalité virtuelle de personnes en personnes (notamment dans les magasins) si ce dernier n’est pas désinfecté entre chaque client.

Il va sans dire également qu’il ne faut jamais essayer un rouge à lèvre proposé en démonstration dans un magasin directement sur la bouche, mais plutôt sur le dos de la main.

Et en ce qui concerne l’herpès génital, il est évidemment hautement transmissible lors des rapports sexuels, y compris les rapports oraux-génitaux. Malheureusement, le préservatif n’offre dans ce cas qu’une protection partielle et aléatoire.

Aux Etats-Unis, on compte pas moins de 20 millions de nouvelles infections sexuellement transmissibles par an parmi lesquelles l’herpès est en bonne place ! Il faut savoir également que le rasage et l’épilation, notamment de la zone pubienne (le « bikini »), provoquent sur la peau des abrasions, des micros coupures et des déchirures qui sont autant de portes d’entrée pour les MST.

Par contre, puisque le virus de l’herpès ne peut survivre plus de quelques minutes hors du corps humain, il ne peut se propager via une serviette de toilette, la cuvette des WC ou lors d’une sortie à la piscine, par exemple.

Pour plus de précisions, vous pouvez vous rendre sur la page des questions fréquentes du site de l’Association Herpès.

Le virus de l’herpès responsable de la maladie d’Alzheimer ?

Un groupe de 31 scientifiques de renom dans le domaine des maladies neurodégénératives, tous issus d’universités prestigieuses (Oxford, Manchester, Cambridge et Edinburgh), affirment que des virus et bactéries pourraient être à l’origine de la maladie d’Alzheimer. Cet avis ne reflète pas l’avis de la majorité de la communauté scientifique mais d’après leurs recherches, les microbes en cause sont :

  • les virus de l’herpès HSV-1 et HSV-2 (responsables de l’herpès labial et génital),
  • la bactérie chlamydiae (responsable notamment de pneumonies),
  • la bactérie spirochète.

L’accumulation de plaques amyloïdes dans le cerveau, généralement associée avec la maladie d’Alzheimer, serait donc provoquée en grande partie par les conséquences d’une infection par le virus de l’herpès labial.

En effet, des études montrent que ces microbes sont anormalement nombreux dans des régions clés des processus de mémoire et d’humeur dans le cerveau des personnes décédées qui étaient atteintes de cette maladie.

« Nous affirmons qu’il y a des preuves incontestables que la maladie d’Alzheimer a une composante microbienne dormante », affirme le professeur Douglas Kell, de la faculté de chimie de l’université de Manchester (Journal of Alzheimer’s Disease, mars 2016).

Comment se débarrasser d’un bouton de fièvre ?

Les boutons de fièvre, même s’ils sont sans gravité peuvent s’avérer gênants et disgracieux. Ainsi, lorsqu’on en est atteint, on souhaite s’en débarrasser au plus vite. Pour cela, il existe des traitements pharmaceutiques, mais également des méthodes naturelles.

Sachez que plus vous agirez tôt, c’est-à-dire dès les premiers picotements, plus les soins locaux seront efficaces.

Commencez par désinfecter votre herpès labial avec un antiseptique dilué, mais n’utilisez pas d’alcool, car cela l’irriterait davantage. Ensuite, appliquez des soins locaux comme des gels ou des patchs que vous trouverez en pharmacie. En formant un film isolant sur le bouton de fièvre, ils vont limiter les risques de contamination.

Des pommades à l’acyclovir vendues sans ordonnance – choisissez un générique, moins cher – peuvent empêcher le virus de se reproduire et limiter ainsi sa prolifération.

Une astuce de grand-mère consiste à appliquer sur la lésion du dentifrice à pâte blanche à base de plantes afin d’assécher le bouton. Appliquez, laissez agir quelques minutes, rincez et répétez l’opération trois fois par jour.

Les traitements oraux contre les boutons de fièvre s’avèrent plus efficaces que les traitements par voie locale, mais ils ne sont disponibles que sur prescription médicale. C’est pourquoi on conseille aux personnes sujettes aux poussées fréquentes d’avoir toujours un médicament (ou une ordonnance) chez elles afin de traiter la lésion dès qu’elle survient.

Au rayon des médecines douces, on trouve un grand nombre d’huiles essentielles antiseptiques et antivirales comme par exemple celles de tea tree, de ravintsara ou de niaouli qui s’avèrent très efficaces dans ce cas. Par exemple, dès les premiers picotements, posez en tapotant sur le bouton 1 goutte d’huile essentielle de niaouli 6 à 8 fois dans la journée. Si vous avez la peau fragile, mélangez-la à une crème labiale ou diluez-la dans deux gouttes d’huile végétale d’amande douce. La vésicule ne sortira pas !

D’autres huiles essentielles ont prouvé leur efficacité pour accélérer la guérison d’un bouton de fièvre, comme celles de menthe poivrée, de noyaux d’abricot, de lavande aspic et de mandravasarotra. Le traitement naturel contre l’herpès buccal se prépare en mélangeant 20 gouttes d’huile de menthe poivrée et de mandravasarotra, 10 gouttes de lavande aspic et 50 gouttes de noyaux d’abricot. On en applique deux gouttes une fois par jour en massant doucement. Il est indispensable de se laver les mains après l’application.

En homéopathie, on peut également prendre une dose de Vaccinotoxinum 9 CH dès les premiers picotements. Puis on enduit le bouton de pommade à la propolis ou d’un onguent à la mélisse pour accélérer la guérison.

L’herpès oculaire

Puisque le virus de l’herpès se transmet essentiellement par contact direct avec les lésions et par la salive, un herpès ophtalmique est souvent provoqué chez des personnes qui se frottent les yeux après avoir touché leur bouton d’herpès labial ou génital. Il se transmet aussi à travers les lentilles de contact qui contiennent de la salive.

Comment reconnaître un herpès de l’œil

Les symptômes incluent les rougeurs, les picotements, les yeux gonflés et larmoyants ainsi que la sécheresse oculaire et l’impression d’avoir un corps étranger logé dans l’œil. Parfois, on constate une blépharite (gonflement de la paupière) et de petits boutons qui sont visibles autour de l’œil. Cette infection oculaire, qui concerne près de 60 000 personnes en France chaque année, ne doit pas être confondue avec une conjonctivite. Elle demande un traitement spécifique.

Comment traiter l’herpès oculaire ?

En cas de doute, notamment si les symptômes apparaissent en même temps qu’une autre localisation herpétique (lèvres ou organes génitaux), une visite chez le médecin est fortement recommandée car l’une des principales complications de l’herpès oculaire est la kératite (inflammation importante) qui, si l’atteinte est sévère, peut aller jusqu’à nécessiter une greffe de la cornée.

Be the first to comment on "Herpès : les traitements"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*