La fibromyalgie, un mal mystérieux mais pas imaginaire

fibromyalgie

fibromyalgie

Si la fibromyalgie est aujourd’hui un syndrome reconnu internationalement, elle a longtemps été considérée comme une maladie imaginaire et les patients et patientes – n’étant pas pris au sérieux – ont longtemps souffert d’un gros manque de considération.

Cette attitude dévalorisante a été en partie induite par le fait que la maladie « ne se voit pas » et que les investigations médicales classiques tels que les examens de sang ou un bilan radiologique ne sont d’aucune utilité, hormis celle d’exclure d’autres affections présentant les mêmes symptômes comme par exemple des maladies rhumatismales inflammatoires ou des maladies endocriniennes.

Le diagnostic du syndrome se base sur deux critères : l’existence d’une douleur diffuse qui affecte les deux côtés du corps et qui persiste au moins trois mois. Pour établir le diagnostic avec certitude, cette douleur doit par ailleurs être ressentie sur au moins 11 des 18 points du corps recensés. Ces points se situent au niveau des genoux, du cou, de la gorge, des épaules, du bas du dos et des bras.

Cette affection a très souvent un retentissement important sur la vie familiale, sociale et professionnelle car douleurs articulaires quasi permanentes, grosse fatigue, troubles cognitifs et troubles du sommeil caractérisent cette maladie neurologique (et non rhumatismale comme on le croyait jadis).

D’autres symptômes peuvent apparaître selon les personnes en rapport avec leur activité physique, leur niveau de stress ou encore suivant le climat. Au lever, les douleurs sont bien souvent accompagnées de raideurs, le cou et les épaules étant les premiers points touchés. La douleur perdure et est accentuée par le froid, l’humidité ou l’effort. Certains sujets souffrent de maux de tête ou de migraines ; d’autres ont plus de mal à se concentrer et deviennent plus anxieux, voire dépressifs. Les mains et les pieds s’engourdissent facilement.

Encore mal connue bien qu’elle touche un nombre toujours croissant de personnes (environ 3 millions en France en 2014 – parmi lesquelles des enfants), elle est le plus souvent diagnostiquée entre 40 et 60 ans et elle touche surtout les femmes, notamment celles qui ont ou qui ont eu un travail ou une vie de famille comportant des responsabilités importantes et épuisantes.

Dans le milieu médical, on considère que la fibromyalgie n’est pas une maladie grave (entendons-nous) dans le sens où elle n’entraîne pas de complications de santé majeures.

Il n’en reste pas moins qu’elle est une épreuve pénible et invalidante pour les personnes qui en souffrent. En effet, les douleurs qu’elle implique sont chroniques et souvent résistantes aux différents traitements, qu’ils soient médicaux, physiques ou psychologiques. Cependant, elles ont tendance à rester stables à long terme ou même à s’atténuer au fil du temps. On n’observe pratiquement jamais d’aggravation.

Bien que la maladie puisse commencer sans événement déclencheur identifié, on observe dans la majorité des cas qu’elle survient après un traumatisme physique ou psychique (accident ou choc émotionnel).

Les traitements classiques de la fibromyalgie

Les antalgiques sont pratiquement toujours utilisés ainsi que les anti-inflammatoires non stéroïdiens car ils apaisent les douleurs, mais on sait que leur usage doit être limité car leurs effets secondaires peuvent être très préjudiciables à long terme. Les antidépresseurs sont aussi très employés, tout comme les médicaments conçus à la base pour traiter l’épilepsie. Et bien entendu, des sédatifs sont parfois prescrits pour améliorer le sommeil.

En plus de tout l’arsenal médical, il existe maintenant certaines cliniques spécialisées et des centres anti-douleur que l’on trouve dans de nombreuses villes.

D’autres moyens de lutter contre la fibromyalgie

Pour améliorer sa qualité de vie, une personne atteinte de fibromyalgie peut avoir recours à différentes techniques et méthodes qui dans bien des cas, peuvent sinon guérir au moins les soulager, et parfois spectaculairement. Parmi elles, nous trouvons par exemple :

  • L’acupuncture.
  • Le jeûne (sous contrôle médical).
  • Le régime Seignalet
  • L’hypnose et l’auto-hypnose pour le traitement de la douleur.
  • L’EFT (« Je libère et je lâche toutes mes résistances à guérir. ») Voyez comment employer cette méthode à votre avantage sur le site de Geneviève Gagos.
  • La physiothérapie.
  • La méditation en pleine conscience qui entraîne une réduction du stress et des troubles du sommeil ainsi qu’une réduction de la sévérité des symptômes ;
  • La conscience de soi, une technique qui donne une importance à l’expression des émotions, ce qui entraîne une réduction significative de la douleur et une amélioration du fonctionnement physique ;
  • La visualisation mentale guidée, qui semble apporter une diminution significative de l’intensité des douleurs, de la fatigue et de la dépression ; il s’agit d’imaginer que la source de la douleur a une forme, de la visualiser mentalement et de visualiser sa disparition.
  • Le tai-chi-chuan, un art martial chinois souvent pratiqué comme une gymnastique favorisant la relaxation, la santé et le bien-être.

Un nouvel espoir pour les personnes atteintes de fibromyalgie

De récentes recherches, appuyées sur une technologie innovante d’imagerie cérébrale, accréditent l’idée que les symptômes de la maladie seraient dus à une dysfonction située dans les régions du cerveau traitant la douleur. Ces recherches auront donc à l’avenir une implication significative dans l’élaboration de futurs traitements.

Des chercheurs israéliens se sont intéressés en priorité à ces patients chez qui les symptômes sont liés à une mauvaise interprétation des signaux de la douleur dans le cerveau et ils ont obtenu des résultats significatifs en testant une nouvelle forme de traitement.

Ils ont placé des sujets dans des caissons hyperbares pareils à ceux qui sont utilisés en cas d’accident de plongée afin de leur faire respirer pendant une heure et demie, cinq fois par semaine pendant deux mois, de l’oxygène pur sous une pression deux fois supérieure à celle de l’atmosphère.

Soumis à cette augmentation de pression, le sang transporte plus d’oxygène, ceci améliorant le fonctionnement du cerveau. C’est ce qui explique selon les chercheurs que tous les sujets sans exception qui ont bénéficié de ce traitement ont vu s’atténuer considérablement leurs douleurs dues à la fibromyalgie.

Il est encore trop tôt pour promettre une guérison définitive à chaque patient, mais une voie très prometteuse dans ce sens vient d’être ouverte.

Cité dans l’article, le livre phare du Dr Seignalet :

Vous pouvez le commander sur Amazon en cliquant sur l’image ci-dessus, mais vous préférerez peut-être l’acheter dans votre librairie de quartier, c’est bien aussi.

Be the first to comment on "La fibromyalgie, un mal mystérieux mais pas imaginaire"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*